Témoignage de Marylène, élève de taïchi

Hélène,

[…] Convaincue que rien ne relève du hasard, tout est source d’émerveillement aujourd’hui.  D’où m’est venue l’idée, un jour, de me lancer dans la pratique du Taï Chi, alors que j’étais en route vers mes quatre-vingts printemps ? Comment, consultant l’annuaire, suis-je tombée sur ton nom, ai-je décidé que c’est toi que j’appellerais ? Je suis de plus en plus convaincue qu’Il suffit bien souvent  de savoir écouter notre petite voix intérieure, elle nous mène là où nous devons aller : un jour, déjà lointain, ce fut un   livre de sagesse tombé sous mon regard alors que je déambulais dans les rues de Toulouse , en proie au désarroi, puis, suite à une conversation avec une amie, je me suis mise au yoga, qui m’a été d’une aide précieuse lors d’une longue immobilisation à l’hôpital, puis je me suis mise au Qi Gong, qui m’accompagne depuis longtemps dans l’éternelle quête du sens de la vie que nous partageons tous, et, enfin, au hasard ( ?) d’une cure de thalassothérapie, qui proposait  une initiation au Taï Chi. J’acquis la certitude que cette nouvelle discipline m’apporterait la possibilité de relier entre elles et d’harmoniser ma quête spirituelle et mon incarnation.

Et oui, ma rencontre avec toi a été une chance. Les moments où nous pratiquons ensemble sont toujours des moments précieux. Ta façon à la fois rigoureuse, exigeante, mais toujours bienveillante, d’enseigner, parlent à l’enseignante que j’ai été. Et donc, en cette veille de vacances, je voulais te remercier infiniment de m’accompagner sur ce nouveau chemin, que je viens de découvrir avec l’enthousiasme que tu me connais. J’aime, après tant de maladresses et de raideur qui ont accompagné chacun de mes gestes, au début, que soit arrivé le moment où, avec douceur,  tu corriges les petites erreurs de posture, de position des mains pour me permettre de connaître enfin le lâcher prise et le bonheur de l’instant, même fugitif, où je me sens en harmonie avec le tout, harmonie à laquelle contribue ta présence, l’arrondi de la yourte, les parfums et le chant des oiseux dans ton jardin quand nous pratiquons dehors.

Et donc, encore une fois, merci infiniment à toi, laisse s’envoler les doutes que tu manifestes parfois pour accueillir le meilleur. Merci aussi pour les échanges en marge des cours. Et oui, décidément, merci à la vie, merci pour les cadeaux qu’elle nous fait,  et merci à la jeunesse de l’instant qui se rie du calendrier.